Salutations!

 

Je reviens tout juste de vacances (de pêche!) avec ma conjointe Sylvie, mon fils Adam et son ami Justin. Nous sommes allés pêcher à la pourvoirie du lac Suzie.

Côté météo, on sortait d’une canicule et il y avait beaucoup d’instabilité dans la météo. Je ne m’attendais pas à une pêche facile… je me trompais!

 

Une première petite sortie sur le lac en avant du chalet a permis la capture de dorés et brochets. Sylvie était bien heureuse du sien.

Les deux jeunes m’avaient fait promettre d’aller au moins une journée sur un lac à brochet. C’est ce qu’on a fait le lendemain. La pêche a commencé lentement, je me suis rendu compte assez vite que les brochets n’étaient pas tout près ou dans la végétation mais plutôt en retrait plus en profondeur dans 8-9 pieds de profondeurs. C’est là qu’un bon sonar est commode (Garmin EchoMap ultra 102sv). Ce n’est certes pas un signe d’activité de les retrouver à cette profondeur dans le talus mais je suis parvenu à en capturer trois avec un spinnerbait deux feuilles de saule que je laissais descendre en hélicoptère pour démarrer la récupération tout juste avant qu’il ne touche le fond. Ça a marché, notamment pour ce beau spécimen mais ce n’est pas une technique facile à maîtriser pour mon équipage.

On a donc choisit de faire un peu de pêche à la traîne avec des Flicker Shad 9 cm. Ce sont des leurres qui m’ont valu de beaux brochets à plusieurs reprises. Ce fût le cas encore une fois!  Ça a permis à Justin de capturer entre autre son plus gros brochet à vie. Oh que le jeune était fier!  Un spécimen d’un peu plus de 15 lb pour Justin qui n’a pas osé le prendre en main pour la photo…  😉 Disons simplement que Justin nous en a parlé en long et en large de sa capture dans les jours qui ont suivi… Hé, hé.

Ce beau gros brochet a été remis à l’eau. A quoi bon sortir du lac les meilleurs géniteurs? Pour ceux qui veulent en manger, un spécimen de taille moyenne est une meilleure idée.

 

Graduellement, mon sonar m’indiquait qu’il y avait de moins en moins de poissons un peu plus en profondeur. On a donc recommencé à pêcher le rebord de la végétation même si ça n’avait pas marché au début. Là, on s’est fait plaisir… les brochets étaient en feu. On en a capturé sur des spinnerbait, des Flicker Shad 9 cm au lancer, sur des Williams W60 et même sur des poppers!  Les jeunes ont tripé fort et les moins jeunes aussi…

Adam non sans avoir passé une heure ou deux à jouer avec «Gertrude», une grenouille verte qu’il avait adoptée a fini la journée avec ce beau spécimen capturé au popper. Ouf, quel bouillon ce poisson a fait en surface, on savait que ce n’était pas un petit…

Mepps

On a fini notre petite journée avec environ 25 brochets dont quatre en 10 et 15 lb. Beaucoup, beaucoup de plaisir! Tous ces brochets ont été remis à l’eau.

 

Nous sommes allés pêcher le doré dans les trois journées qui ont suivies. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’on était en mode «vacances». Heure de levée lors de ces trois journées… 10h!! J’ai été très impressionné par la qualité de pêche pour le doré des lacs que nous avons visités… ouf. Comme un vent était présent et que je ne connaissais pas ces lacs. Ma stratégie était très facile à choisir : pêche à la traîne avec des poissons-nageurs!  Mon vénérable a été encore une fois… hum je cherche le mot… un seul me vient à l’esprit… phénoménale!  Vous aurez deviné que je parle du Flicker Shad 7 cm. On pêchait à la traîne dans des zones rocheuses dont la profondeur variait de 7 à 12 pieds à une vitesse de 1.7 mi/h à 1.9 mi/h. On a ainsi déjoué plusieurs dorés pesant entre 3.5 lb et 8 lb.  Wow!

Berkley

Berkley

Berkley

Berkley

Berkley

Berkley

Groupe Thomas Marine

Les lacs pêchés n’étaient pas cartographiés alors j’ai utilisé le QuickDraw Contour de mon Garmin pour créer la bathymétrie des secteurs pêchés. Avec le système de couleurs, je n’avais qu’à concentrer mes passes de traîne dans la couleur productive ‘orange’. C’est très visuel et très facile.

J’ai aussi testé un nouveau leurre avec une action assez différente. J’ai été très agréablement surpris, il m’a valu quelques beaux dorés avant qu’un brochet ne me le vole. Il s’agit du Berkley Frittside. Ce sont ses côtés plats qui lui donnent une action très intéressante.

Adam a littéralement cassé la baraque avec son Flicker Shad en prenant le plus de dorés. C’est à Justin qu’est revenu l’honneur de capturer le dernier poisson du voyage, un beau doré bleu de 24 pouces qui bat son record personnel. Adam m’avait fait remarquer un amoncellement de gros rochers derrière nous. Nous sommes allés y promener nos Flicker Shads et un brochet fût capturé. J’avais toutefois remarqué 2-3 autres échos dans mon sonar. J’ai donc repositionné l’embarcation pour faire la même passe de traîne et boom… le beau doré bleu! Parlant de records, Adam et Justin ont tous deux battus leurs records personnels pour le doré et le brochet dans ce voyage.

 

 

Voilà deux jeunes hommes qui ne sont pas près d’oublier leur semaine de pêche, des souvenirs qui sont à jamais gravés dans leur mémoire.

 

De mon côté, j’ai découvert la pourvoirie du lac Suzie en Abitibi. Un site de belle nature sauvage avec une très belle qualité de pêche comme vous pouvez le constater sur les photos. Ce fût le dépaysement total et tous ont beaucoup apprécié leur séjour. Merci à Serge Dapra pour ton invitation… et on se revoit dans deux semaines pour mon 2è séjour à la pourvoirie du lac Suzie!

 

Pour plus d’information:  https://www.pourvoirielacsuzie.com/.

Tags: , ,

4 Commentaires

  1. Sébastien
  2. Alex
    • Daniel

Trackback e pingback

Aucun trackback ou de pingback est disponible pour cet article

Laisser une réponse