J’ai eu le plaisir de passer une semaine de vacances au Réservoir Taureau avec ma famille. Entre autre chose, nous avons pêché le brochet. Deux des leurres que j’utilise depuis deux ans pour déjouer ce grand carnassier ont encore une fois été très bon. Je partage le tout avec vous… et plus!

War Pig (½ ou 3/4 once)

Voilà un leurre que j’utilise à toute la sauce depuis son arrivée sur le marché entre autre pour l’achigan, le doré (eh oui!) et le brochet. Sa nage et son action sont excellents et les prédateurs l’attaquent avec férocité. Ce type de leurre, avec ses fortes vibrations et sa chambre de résonance (avec billes) émet beaucoup de bruis. Elle est en fait plus bruyante que toutes les autres catégories de poisson-nageur. Il attire les brochets de loin. Il est parfait pour pêcher en bordure de la végétation (pas dedans!) et faire sortir les brochets qui s’y cachent. C’est un leurre calant alors on peut le pêcher à différentes profondeurs. Il suffit de le laisser descendre le nombre voulu de secondes avant de commencer la récupération. C’est avec ce leurre que nous avons capturé le plus gros brochet de la semaine… ¼ de pouce plus long et nous franchissions la barre des 40 pouces (100 cm).

 

 

Bearded Grass Pig

Eh oui, mon «cochon d’herbe barbu»…!  Ce leurre a une action unique qui ne ressemble à aucun leurre. S’en est fascinant de le voir évoluer sous l’eau. La queue ronde (paddle tail) d’agite de gauche à droite et donne vie au leurre. Ces vibrations «parlent» directement à la ligne latérale du brochet. Cette dernière est très importante dans le processus d’attaque des proies du brochet, plus que pour les autres espèces. Comme si ce n’était pas tout, les mouvements de la queue font vibrer les petits tentacules dont est muni ce leurre. C’est de là que vient son action unique. Wow…! Je le monte sur une tête de jig ½ ou 5/8 d’once X1 ou Jig-A-Jo. Il s’agit d’avoir un hameçon à hampe longue avec un bon écart (gap). On peut le pêcher au lancer avec récupération à vitesse constante (oui!) ou avec bons sur le fond. Il se faufile très bien, entre autre, entre les tiges de potamot éparses. On peut aussi le pêcher en jig vertical quand les gros brochets sont en profondeur dans l’eau plus froide. Si je n’avais qu’un leurre à choisir pour pêcher ce grand prédateur qu’est le brochet, c’est le «cochon d’herbe barbu» que je choisirais!

Mon plus jeune avec son plus gros brochet à vie. Il était bien fier et le papa aussi.

 

Williams Whitefish

On ne peut quasiment pas parler de brochet sans parler de ce classique pour les brochets trophées qu’est la Whitefish. Ce leurre a produit nombre de brochets de plus de 15 – 20 lb dans les lacs du Nord. On peut la pêcher au lancer, la «compter» pour couvrir différentes profondeurs et aussi la pêcher à la traîne. Elle est disponible en différentes tailles, les tailles inférieures excellent pour faire de la quantité et les plus grosses… pour les brochets monstres!

 

Bye et… bonne pêche au brochet!

Tags: ,

Laisser une réponse