Samedi dernier, je donnais des cliniques de pêche à la Baie Missisquoi, plus précisément chez Courchesne Pêche sur Glace. J’ai choisie d’arriver le vendredi en compagnie de Samuel (Tesser) pour se faire une journée de pêche sur la baie.

Luc (Couture) était également sur place avec un ami. De notre coté, j’avais amené ma motoneige avec mon traîneau Otter pour transporter le matériel et surtout être mobile. Ne connaissant pas du tout l’endroit, on voulait pouvoir prospecter avec efficacité.

 

Premier constat, il y a vraiment beaucoup de perchaude dans cette baie! Presque tous les endroits où on perçait des trous, on capturait des perchaudes. En fait, après avoir percé notre trou, on vérifiait immédiatement la présence de poissons avec mon sonar de glace (Garmin EchoMap Plus 95sv) muni de la sonde LiveScope. En mode horizontal, on voit s’il y a des poissons sur une bonne distance. Même en mode vertical, on voit une tranche d’eau assez longue pour voir la présence des perchaudes à proximité. Et ensuite… quel efficacité et quel plaisir des travailler nos leurres en direct et de capturer perchaude par dessus perchaude.

Les captures étaient nombreuses mais plutôt petites. Le défi consistait donc à trouver un secteur où les perchaudes seraient un peu plus grosses. ««Petite musique»»… tient c’est Luc qui m’appelle : «Dan, venez-vous en ici, on a trouvé une zone où il y en a de la belle». Très bien, on arrive! On a effectivement pu capturer de plus beaux spécimens à cet endroit. A la jig, deux approches se sont démarquées :

1) Micro-jig avec un tout petit leurre souple (style Minnow Head dans la série Gulp Ice), bref, une toute petite imitation d’insecte aquatique. Sam a cassé la baraque dans ce style de pêche… Ça marchait tempête son affaire.

2) Cuillère Rattle Scout (Johnson) 1/8 oz avec petit bas de ligne de 6 pouces et bouts de ver de terre (sur l’hameçon triple et l’hameçon simple).

La samedi, dans les quelques minutes que nous avons pêchées, on a pu voir aussi qu’une bibitte agrémenté d’un asticot et d’un bout de ver de terre marchait vraiment super bien aussi.

En fin de journée, on a décidé Sam et moi de tenter notre chance pour le doré. Il y en a très très peu là-bas mais il y en a. On s’est déplacé vers un endroit qui nous apparaissait propice. On a encore une fois capturé plusieurs perchaudes à la jig. On a aussi capturé la plus grosse perchaude de la journée sous une brimbale sentinelle (celles fabriquées par Fabriquation Jean Morin). Elle n’est pas dans la photo ci-contre, elle a été capturée après la prise de photo. Et… et… Oui on a réussi à prendre un doré! Sam l’a capturé à la jig avec un devon planeur style Johnny Darter. On était bien content d’en avoir capturé au moins un!

En gros, plusieurs dizaines de perchaudes capturées dont quelques-une conservées pour une bonne bouffe. Pour la quantité, victoire très claire pour la pêche à la jig; pour la grosseur… avantage aux brimbales sentinelles avec un petit poisson appât mort. Dans ce dernier cas, on utilisait la montage classique avec un plomb cloche en bas (1/4 oz) et un connecteur «bear paw» plus haut pour soulever le poisson appât à la distance voulue (12 pouces) au-dessus du fond.

 

Pour les pêcheurs qui pêchent uniquement à la brimbale, ça vaut vraiment la peine de s’acheter une petite canne à jigger. C’est très efficace, très amusant et en plus quand on jige, on attire des poissons vers notre champ de brimbales et celles-ci deviennent plus efficaces. Pour la perchaude, j’utilise une canne de 25 » de longueur de puissance légère, en l’occurrence une Fenwick Methods. J’aime aussi la

 

Pendant notre séjour là-bas, nous étions dans un chalet sur les rives de la baie. On pouvait donc partir à pied ou en motoneige directement du chalet pour aller à la pêche. On était vraiment bien. Si la chose vous tente, nous étions aux Villas Champêtres à Venise-en-Québec.

En terminant, je tiens à souligner l’accueil vraiment exceptionnel que nous avons reçus : pourvoyeurs, résidents du coin, pêcheurs et même… M. Landry, le maire de Venise-en-Québec! Wow, ça donne le goût d’y retourner! Bien, c’est ce que nous allons faire. On y retourner en fin de semaine pour d’autres cliniques de pêche…

Bye.

Dan

Tags:

Laisser une réponse