Salutations!

J’ai beaucoup entendu parler de ce fameux lac. Je suis passé à côté en voiture des dizaines de fois en espérant pouvoir y tremper la ligne bien c’est la semaine dernière que ça s’est passé.

Pour cette journée de pêche, je suis accompagné de mon cousin Sylvain, son fils Félix (que j’ai passé la journée à appeler Gabriel, le nom de son frère!) et Samuel Tesser, notre recrue dans Leurre Juste.

 

Ce superbe lac contient de la truite grise, de la truite mouchetée et de l’éperlan arc-en-ciel. C’est toutefois clairement sa qualité de pêche à la grise qu’il lui a valu son excellente réputation. Avec le printemps que nous avons connu, je m’attendais à des eaux encore froides et ce fût le cas. La température de surface variait d’un secteur à l’autre avec une moyenne de 52oF. La gamme de température préférentielle du touladi est de 42o à 52oF. Ces températures se retrouvaient grosso modo entre la surface et 60’ de profondeur.

 

 

J’ai choisie de me rendre à la tête du lac complètement au nord. C’est près des sites de fraye de l’éperlan alors ça m’apparaissait un bon point de départ et… s’en fût un! En arrivant sur place, le coup d’œil est pas mal fantastique, le site est vraiment superbe avec de belles grandes plages de sable. La vue n’était pas moins fantastique dans l’écran de mon Garmin, de nombreuses grises ont été repérées et la majorité des plus gros spécimens était collé au fond sur cet immense banc de sable.

Le lac était calme comme un miroir et la température extérieure chaude et confortable. Wow quelle magnifique journée! Par contre, il faut s’ajuster au niveau des présentations. Les grises vont facilement voir notre embarcation dans de tels conditions et elles sont souvent farouches en regard des embarcations quand elles évoluent en eau peu profonde. Deux stratégies me sont venues en tête : pêche à la traîne avec des dériveurs de surface ou pêche à la jig verticale pour rejoindre celles qui se sont positionnées plus creux. Comme la pêche à la jig est pas mal plus palpitante que la traîne avec des dériveurs, on a choisi cette technique.

 

Les résultats ne se sont pas fait attendre et Sylvain a cassé la glace rapidement. Il a eu l’honneur de sortir le premier touladi.

Nous avons travaillé le bas du talus et le talus lui-même à la jig verticale avec beaucoup de succès. Pour couvrir le haut du talus et le plateau en eau moins profonde, nous avons fait du jig horizontale. Fou…

La limite de deux grises par pêcheur a été facilement atteinte (pas de limite de taille). Tout en prenant bien soin des touladis, nous avons fait plusieurs remises à l’eau. Toute une pêche! Et quel plaisir de capturer ces belles grises sur des petites cannes à jigger le doré, ces dernières ont la chance de se faire valoir et nous donner de bons combats.

 

Nous avons travaillé avec des têtes Fin-Tech Zone-R de ½ oz dans des couleurs voyantes (orange, chartreuse, rose ou Firetiger). Ces têtes de jig, grâce à leur forme innovatrice et aussi leur hameçon de grande qualité réduise le nombre de touches manquées.

Au niveau des leurres souples, le Ripple Shad 3’’ blanc (Powerbait) et Berkley Jerk Shad 5’’ Pearl Watermelon Shad ont été nos deux meilleurs leurres. Comme les éperlans du lac n’ont pas l’habitude de se promener avec un ver de terre sur le dos, nous n’avons pas jugé bon d’ajouter un ver de terre sur nos dandinettes. 😉

Une deuxième journée

J’étais à nouveau sur l’eau le lendemain. Ouf… de la pluie et du froid; du froid et de la pluie…! Les conditions très différentes de la veille nous ont amené à faire aussi de la pêche à la traîne. Le Flicker Minnow 9 cm et le Flicker Shad 9 cm, tous deux de couleur argent/noir nous ont valu plusieurs captures. La limite a été réalisée en plus de quelques remises à l’eau; encore une belle pêche mais moins intense que la veille.

La journée de pêche de jeudi sur le magnifique Grand Lac Jacques-Cartier va rester gravée dans nos  mémoires longtemps : une météo parfaite, un lac super poissonneux et des grise en feu!  La pêche un peu moins facile de vendredi nous a fait réaliser à quel point la densité de grises dans ce lac est impressionnante. Nous avons essayé plusieurs secteurs de pêche et à chaque place on prenait au moins une grise! Il faut qu’il y en ait du poisson…

Comment y pêcher

Le Grand Lac Jacques-Cartier est situé dans la réserve faunique des Laurentides. Il y a essentiellement deux façons d’aller pêcher ce lac. En pêche à la journée en réservant jusqu’à 4 mois à l’avance, on peut faire partie des deux bateaux par jour qui sont autorisés sur le lac. Cette option est valide de l’ouverture jusqu’au 23 juin.

L’autre option que je trouve plus intéressante est d’y aller avec le forfait truite grise via les chalets Jacques-Cartier. Comme vous devez amener votre propre embarcation, un rabais vous ait consenti par rapport au tarif habituel. Une location d’une seule nuit est possible pour vous permettre l’accès au lac mais tant qu’à se déplacer là-bas aussi bien y rester quelques jours pour avoir le temps de bien travailler le lac. Il est intéressant de savoir que lorsque vous séjournez aux chalets Jacques-Cartier, votre plan de pêche vous donne aussi accès à des lacs contenant de la truite mouchetée.

 

Vous avez le goût de pêcher la grise dans un lac où il y en a quasiment trop?  Bien le Grand Lac Jacques-Cartier est votre destination…

 

Pour plus de détails : http://www.sepaq.com/rf/lau/ ou encore pour réserver: Fabien Laberge 418-528-6867 poste 239

 

Au plaisir!

Daniel

 

 

Tags: , ,

4 Commentaires

  1. Stephane auger
    • Daniel
  2. BOISSONNEAUX RICHARD

Trackback e pingback

Aucun trackback ou de pingback est disponible pour cet article

Laisser une réponse